Difference between revisions of "Dunhill/fr"

From Pipedia
Jump to: navigation, search
Line 4: Line 4:
 
Ceci est un travail en cours. N’hésitez pas à y contribuer si vous êtes un expert en Dunhill, ou un passionné compétent.  
 
Ceci est un travail en cours. N’hésitez pas à y contribuer si vous êtes un expert en Dunhill, ou un passionné compétent.  
  
[[Image:DunhillD.jpg|thumb|400px|Two very early examples. The top piece is from 1918, and carries the #24 stamp (the size of the “Inner Tube,” not the shape). This pipe would later be referred to as the “O” in the catalogue. The bottom pipe is a 1925 PO shape in exquisite condition. From the G.L. Pease Collection [http://pipedia.org/index.php?title=The_Mystery_of_the_White_Spot_-_Pipes_from_Dunhill]]]
+
<div class="mw-translate-fuzzy">
 +
[[Image:DunhillD.jpg|thumb|400px|Deux exemples très précoces. La pièce du haut date de 1918, et porte le marquage #24 (la taille de l'Inner Tube) , pas la nomenclature de forme). Cette pipe sera plus tard référencée comme la "O" dans le catalogue. La pipe du dessous est une forme PO de 1925 dans une magnifique condition (collection G.L. Pease). [http://pipedia.org/index.php?title=The_Mystery_of_the_White_Spot_-_Pipes_from_Dunhill]]]
 +
</div>
  
 
== Bref guide chronologique ==
 
== Bref guide chronologique ==

Revision as of 12:33, 16 July 2019

Other languages:
English • ‎español • ‎français

Alfred Dunhill Pipes Ceci est un travail en cours. N’hésitez pas à y contribuer si vous êtes un expert en Dunhill, ou un passionné compétent.

Deux exemples très précoces. La pièce du haut date de 1918, et porte le marquage #24 (la taille de l'Inner Tube) , pas la nomenclature de forme). Cette pipe sera plus tard référencée comme la "O" dans le catalogue. La pipe du dessous est une forme PO de 1925 dans une magnifique condition (collection G.L. Pease). [1]

Bref guide chronologique

Note the shield...
1918 "Inner Tube" Pat. 5861/12 O, Derek Green Collection[2]
1919/1920 Shell: Pat. App. For over Pat. Mar. 9.15 Reg. No. 654638 Shape 4, Derek Green Collection[3]
1919 "Inner Tube" Pat. 5861/12 EW 7, Derek Green Collection[4]
1920 Dunhill Cased Reading Pipe, Derek Green Collection[5]
1925 Dunhill A "Inner Tube" over Pat. No. 5861/12 Shape 47, Derek Green Collection[6]
1922 Cased Pair of Dunhills. Shell 35/7. DR 4 with later silver cap.[7]
1930 Cased set of three Dunhill Shells[8]
OX shape,1960 Root, 1956 Tanshell, 1972 Redbark, 1957 Shell, G.L.Pease Collection[9]
Lovats, 1940 Shell, 1931 Bruyere, G.L.Pease Collection[10]

1893: A 21 ans, Alfred Dunhill hérite d’une affaire de sellerie et bientôt se rend compte que l’âge de l’automobile est venu en convertissant l’entreprise de harnais de son père en entreprise d’accessoires automobiles. « Dunhill Motorities » était née.

1904: Alfred Dunhill invente la pipe “pare-vent »

1906: la première boutique de tabac Dunhill s’ouvre au 31a, Duke Street.

1906-1910: Dunhill importe ses pipes en vrac de France. Mécontent de leur qualité, même des meilleures, il achète des pipes à Charatan dès 1909/1910 à un prix exorbitant pour être sûr qu’il met en vente les pipes parmi les meilleures d’Angleterre.

1910: Alfred Dunhill débauche Joel Sasieni de chez Charatan et ouvre son propre petit atelier de fabrication de pipes au 28, Duke Street, deux pièces en étage pour un humble début. Son objectif était d’utiliser la bruyère de la plus fine qualité et une main-d’oeuvre experte pour réaliser des pipes qui produiraient une qualité de fumage supérieure, et dureraient toute la vie. Leur coût reflèterait ces principes, ce qui allait à l’encontre de la tendance de l’époque aux pipes bon marché et de piètre qualité.

1910: La finition Bruyere est la première présentée.

1915: le célèbre point blanc apparaît, afin que les clients puissent savoir de quelle manière entrer les tuyaux d’ébonite faits main dans les pipes droites (le point en haut).

1916: Un nouvel atelier est ouvert au 186, Campden Hill Road.

1917: Alfred Dunhill invente la pipe sablée, et introduit le premier la finition « Shell ». Dunhill développe également à cette époque le procédé "d'affinement" à l’huile, (oil curing process) qui selon de nombreux avis contribue de façon significative aux excellentes qualités de fumage des Dunhill.

1919: Dunhill et Sasieni se séparent à la suite de graves divergences.

1920: Dunhill arrête d’acheter des têtes pré-tournées en France et se fournit parmi celles tournées à Londres dans les installations de tournage Dunhill nouvellement crées.

1921: Alfred Dunhill ouvre des magasins à l’international, à New-York et Paris.

1924: 260 000 pipes sont vendues dans le magasin de Duke Street.

1928: Alfred Dunhill prend sa retraite.

1930: la finition “Root” est lancée. D.R. « DeadRoot” désigne les Dunhill à grain droit. C’était la finition Bruyere qui était utilisée sur ces pipes jusqu’en 1929; ce sera ensuite la finition Root. avec ‘D.R’. marqué sur le tuyau.

1946: Dunhill achète Harcastle après un partenariat de 10 ans.

1953: la finition Tanshell est introduite.

1959: Encore adolescent, Bill Taylor commence à travailler chez Dunhill

1967: Hardcastle est fusionné avec Parker et devient Parker-Hardcastle LTD.

1972: la finition Redbark est introduite (note de l’AS de Pipedia : selon certaines sources, la finition Redbark a été introduite en 1973 alors que d’autres indiquent la date de 1972). (voir exemple).

1977: Bill Taylor est administrateur et superviseur dans l’usine Dunhill.

1980: La finition Cumberland est lancée.

1984: Bill Taylor quitte Dunhill pour devenir Bill Ashton –Taylor.

1987: la finition Redbark est officiellement abandonnée.

Two pipes Dunhill Paris 1939-1945.Yuriy Novikov Collection
Two pipes Dunhill Paris 1939-1945.Yuriy Novikov Collection





History

Avec l’aimable autorisation de Smokingpipes.com [16], and used by permission

« Le défi dans l’histoire de Dunhill est de faire la part du mythe et de la légende. Ceci, cependant, peut s’avérer impossible. L’histoire d’Alfred Dunhill est tellement liée au mythe que les mythes font désormais partie de l’histoire. Alfred Dunhill, au courant de ce phénomène, a probablement entretenu nombre de ces mythes. Pourtant, essayons, et commençons au commencement, au début des années 1900.

Alfred Dunhill hérita d’un commerce de sellerie en 1893 à l’âge de 21 ans. Alfred vit très tôt que l’âge de l’automobile arrivait et décida de convertir l’usine de son père, passant des produits de sellerie aux accessoires automobiles. « Dunhill Motorities naquit bientôt et Alfred s’attela rapidement à imaginer et fabriquer tous les accessoires possibles .En 1904 Alfred inventa la « pipe Windshield » (pare –vent), espérant résoudre les difficultés que pourrait rencontrer un fumeur en conduisant. C’est ce type d’innovation en réponse aux besoins des clients qui fera de la pipe Dunhill le chef de file sur son marché.

En 1906, la première boutique de pipes et tabac ouvrit sur Duke Street. La boutique devint bientôt célèbre pour ses mélanges personnalisés. Chaque client pouvait venir et créer sa propre recette, transcrite dans une petit livre appelé « My Mixture ». C’est un des premiers exemples de la capacité de Dunhill à se plier aux besoins de ses clients. Alfred Dunhill, cependant, n’était pas satisfait de la qualité d’alors des pipes disponibles. Les pipes venant de France étaient abondamment vernies et par conséquent bouchaient les pores de la bruyère. Elles ne rendaient tout simplement pas justice à ses mélanges créatifs.

Alfred ouvrit sa propre petite usine en 1910. Il établit deux principes qui devaient diriger la fabrication des pipes Dunhill. D’abord, les pipes seraient faites uniquement à partir de bruyère de la meilleure qualité, avec le grand soin qu’apporteraient des artisans experts. Ensuite, les prix seraient en rapport ; le client saurait reconnaître la valeur d’un produit supérieur. Ceci allait à l’encontre de la tendance de l’époque des pipes bon marché et de piètre qualité qu’on jetait tout simplement après un court laps de temps.

Une pipe Dunhill était fabriquée pour durer une vie entière et toujours dans une optique utilitaire. Elle devait bien fumer et continuer à le faire au fil du temps. Dans ce but, Alfred inventa l’ «InnerTube» d’aluminium pour conserver propre les entrailles de la pipe. Lorsque la pipe était sale on pouvait simplement et facilement remplacer le tube. A noter, bien sûr, que cette innovation annonçait l’utilisation généralisée des chenillettes.

En 1915 le célèbre point blanc fut introduit pour des raisons très pratiques. Sur les pipes droites, les clients éprouvaient des difficultés à savoir de quelle façon insérer les tuyaux d’ébonite faits main. Aussi Alfred Dunhill commanda qu’on mette des points blancs sur le dessus des tuyaux. Cette solution très pratique devait devenir la marque de fabrique définitive des pipes Dunhill. Le « white spot » serait bientôt reconnu comme un symbole de qualité.

Alfred Dunhill voulait faire connaître ses pipes partout dans le monde. La Première Guerre Mondiale lui offrit l’opportunité de promouvoir ses produits à l’échelle internationale. Lorsqu’ arrivait une commande provenant d’un officier servant dans le Nord de la France, Alfred envoyait des pipes en supplément accompagnées d’une note expliquant qu’elles devaient être distribuées à ses amis officiers. Les pipes n’étaient pas uniquement vendues aux officiers anglais mais aussi américains, français, belges et canadiens. A la fin de la guerre la pipe Dunhill et son point blanc était connue partout dans le monde.

L’innovation la plus révolutionnaire d’Alfred Dunhill fut la Shell en 1917. La découverte de cette technique de sablage est quelque peu mystérieuse. On entend souvent l’histoire selon laquelle Alfred Dunhill descendit dans sa cave en hiver pour fabriquer quelques pipes, et en oublia fortuitement une, à moitié finie, près de la chaudière. Il y retourna quelque-part au cours de l’été suivant, ayant subitement pensé à la pipe, pour découvrir qu’une partie du grain s’était ratatiné, laissant place à un relief marqué. Evidemment, c’est apocryphe, et résulte probablement de l’aspect racorni que les sablages montraient fréquemment (particulièrement ceux, noueux, de cette époque). Certains disent que le mot Shell (coquillage) provenait de l’aspect ratatiné que prenait la pipe après le processus de sablage. Alfred réalisa que la bruyère algérienne, considérée alors comme inférieure, pouvait être utilisée avec ce nouveau procédé. On pouvait faire « sauter » le bois plus tendre, et laisser subsister uniquemement la bruyère plus dure et le beau dessin naturel du bois. A l’origine, les Shell n’étaient pas marquées, parce que la technique de sablage, pas encore au point, rendait beaucoup plus difficile de reconnaître la forme standard. Bien que la finition Shell ne résulte sûrement pas de l’oubli accidentel de pipes à la cave, ce fut assurément une innovation importante de la part de Dunhill.

Une autre technique nouvelle acheva de garantir la qualité des pipes Dunhill. Avant le processus de sablage, Dunhill immergeait les têtes en bruyère algérienne dans de l’huile d’olive durant plusieurs semaines. Après quoi on les laissait sécher, en essuyant si nécessaire l’excès d’huile. Cette méthode fut développée au début pour des raisons d’esthétique, mais il apparut que l’huile chassait les impuretés du bois, ce qui accélérait le processus de maturation. Une autre conséquence de ce procédé fut que la bruyère devenait incroyablement résistante, rendant le risque de brûlure beaucoup moins fréquent.


Alfred Dunhill poursuivit en ouvrant des boutiques à l’international : à New York en 1921 puis une boutique suivit peu après à Paris. Les années 20 et 30 furent des années de succès pour Dunhill. En 1924 la boutique Dunhill de Duke Street vendit 260 000 pipes dans l’année. Agée de seulement deux décennies, Dunhill Limited était devenue célèbre en fournissant la clientèle la plus huppée au monde. Dunhill avait développé des liens avec la royauté, approvisionnant Georges VI en tabac dans les années 30. Plus tard, durant la Seconde Guerre Mondiale, l’entreprise approvisionna constamment Winston Churchill en continu avec les cigares qui devaient devenir un élément essentiel de la célèbre icône britannique.

L’entreprise s’étendit, proposant durant les années 20 des pipes au design spécifique qui étaient marquées « OD » pour « own design » (création personnelle). Cette préoccupation des marquages et le fait de toujours avoir des numéros de brevet sur les pipes aide beaucoup dans le processus de datation aujourd’hui. Les marquages durant les années vingt étaient irréguliers et quelque unes des shell les plus précoces manquent totalement de marquages. Dans les années trente on voulut standardiser. On créa une charte des formes qui attribua des chiffres et des lettres à une forme spécifique. Toute nouvelle pipe devait être marquée afin d’identifier sa taille et sa forme.

La Seconde Guerre Mondiale posa quelques problèmes à Dunhill. La boutique Dunhill de Jermyn Street fut détruite durant le Blitz et on dut l’installer ailleurs. La fourniture de bruyère devint plus précaire. La bruyère italienne était réservée aux pipiers italiens par le gouvernement. La bruyère algérienne était devenue plus difficile à se procurer. La guerre avait aussi laissé l’Europe en pagaille. Avec la dépression financière, il n’y avait pas de place en Europe pour les marchandises de luxe. En conséquence le marché américain s’agrandit et ce fut le goût américain qui détermina l’orientation de la fabrication des pipes Dunhill. La demande se tournait vers de grosses pipes et des formes traditionnelles, aussi Dunhill créa une nouvelle ligne de pipes appelées la série « 800 » OD, en reprenant le vieux marquage OD…

…Dunhill a toujours fait preuve de créativité dans ses designs et ses finitions. C’est toutefois le principe de Dunhill de qualité absolue, qui passait par un contrôle de qualité constant qui a classé Dunhill à part. Les pipes Dunhill, quelles que soient leur forme, taille et finition doivent toujours être de bonnes fumeuses. Ce principe, établi dans les premiers temps de l’entreprise, persiste aujourd’hui. A l’usine Dunhill, juste à la sortie de Londres, les pipes sont réalisées par 15 maitres- artisans qui travaillent à plein temps et qui peuvent se targuer à eux tous d’une expérience de 260 années. Sachant qu’un produit de grande qualité ne peut être réalisé qu’avec le meilleur matériau possible, la bruyère utilisée chez Dunhill provient de broussins soigneusement sélectionnés provenant de souches âgées d’une centaine d’années. Même en choisissant seulement la meilleure qualité de bruyère du grain le plus fin, lorsqu’on commence à tailler les broussins certains défauts apparaissent et on doit en écarter un certain nombre. A chaque étape du processus, il existe des contrôles de qualité obligatoires pour vérifier qu’une pipe Dunhill fumera bien du premier bol de tabac au dernier, et ce, quel que soit l’âge de la pipe. Chaque étape du processus de six semaines est réalisée à la main. Plus de 90 étapes différentes sont nécessaires dans un processus qui a très peu changé depuis l’époque d’Alfred Dunhill il y a environ un siècle.

Les pipes Dunhill sont aujourd’hui des pièces recherchées par les collectionneurs et sont les plus célèbres pipes au monde. Alfred voyait les pipes Dunhill comme quelque chose de spécial, une pipe qui serait convoitée pour ses qualités, sa sophistication et son raffinement. La conception d'Alfred Dunhill persiste encore aujourd'hui. Fumer une Dunhill c’est faire l’expérience de cette tradition, une tradition d’excellence qui est peut-être la plus grande dans le monde de la pipe.

Avec l’aimable autorisation de Smokingpipes.com [17]


Finishes

1918 Bruyere, "Inner Tube" Pat. 5861/12 O, from the Derek Green Collection
Dunhill, 1950 Bruyere, smokingpipes.com

"Avant les années 50, il existait trois finitions possibles pour les pipes Dunhill. La finition « Bruyere » était lisse et d’un rouge profond, obtenu par deux teintures successives, un fond brun suivi d’un rouge profond. La finition Shell était celle des sablées d’origine avec une teinture proche du noir (dont le degré de profondeur a varié au cours des années). Enfin, la finition Root était également lisse, mais de couleur marron clair. Très tôt Dunhill utilisa des bruyères différentes et des teintures différentes, avec comme résultat des créations plus spécifiques et identifiables. Au fil des années ? quatre nouvelles finitions furent ajoutées aux styles traditionnels : Cumberland, Dress, Chestnut et Amber Root, ainsi que quelques finitions abandonnées aujourd’hui, telles que County, Russet et RedBark."[18]


Bruyere

1972 Bruyere, Courtesy Chip Fadeley
1972 Bruyere, Courtesy Chip Fadeley

La finition d'origine, qui a permis une bonne part de l'expansion et des ventes de la marque. C’était l’unique finition existante de 1910 à 1917. Une teinture foncée brun-rouge. Les Bruyere étaient faites ordinairement de bruyère calabraise, une bruyère très dense et dure d’un grain médiocre mais qui rendait très bien avec la teinture rouge foncé.








Shell

A 1937 Shell LB, G.L. Pease collection[11]

Un sablage profond et raviné, fini avec une teinture noire. Dunhill breveta la finition sablée en Angleterre en 1917 (Patent No. 1484/17) et aux Etats Unis en 1920 (Patent No. 1,341,418). Voir The Art of Sandblasting, de R.D.Field, pour aller plus loin sur cette nouvelle finition révolutionnaire de Dunhill. Les finitions les plus profondes et les plus ravinées étaient obtenues avec la bruyère algérienne, qui est plus douce et se creuse davantage au sablage. On les trouve sur les Shell des années 20, 40 et 60. Les pipes étaient sablées deux fois jusque dans les années 60, ensuite la technique du double sablage fut reprise dans les années 80 sous le nom de finition « Deep Shell ». Durant les années 60 et 70 Dunhill ne pouvait pas se procurer de bruyère algérienne. Par conséquent le sablage des pipes était moins prononcé et moins distinct. Encore une fois Dunhill se montra innovant, inventant la technique du « double blast » afin d’obtenir un sablage plus profond même avec une bruyère plus dure. La finition Shell sablée noire utilise une teinture qui a été mise au point pour la couleur et non le goût. Les pipes sont d’un goût un peu plus amer, même lorsqu'elles sont beaucoup fumées.

Une Dunhill Shell Patent de 1934. A Noter le sablage profond et en relief qui caractérisait les premières Dunhill Shell. Avec l’aimable autorisation de Mike Ahmadi.
.Dunhill Shell de 1962, longue de 83 mm.
En haut une Dunhill Shell Patent de 1927 forme 120. En dessous une Dunhill Shell de 1965 forme 120. Notez comment la taille, la profondeur du sablage et globalement le dessin a changé au cours du temps. Il faut noter que le modèle de 1927 a un tuyau de remplacement, et une réparation sur la tige. Les premières pipes de la forme 120 étaient connues pour avoir une tige fine et élégante mais vulnérables aux cassures- Avec l’aimable autorisation de Mike Ahmadi.






Ring Grain (RG)

Dunhill, Ring Grain ODA, smokingpipes.com

Introduite en 1996, la « Ring Grain » (RG) fut créée en sablant une tête à grain droit. Les pipes Ring Grain en finition Cumberland sont appelées « Shilling ». Il s’agit d’une intéressante variation des finitions sablées d’origine qui étaient la plupart du temps réalisées sur des grains croisés. Les grains les plus droits interviennent de façon décisive, conférant à la pipe un aspect et un toucher unique.

Ce sont ordinairement les meilleures Dunhill et elles sont rares aujourd’hui à l’état neuf. La finition a souvent un goût de vanille au départ, ensuite le goût devient normal et bon.

Root Briar

1940, Shape #48 saddle bulldog in Root finish, G.L. Pease collection[12]
1932 T113 Billiard in Root Finish, showing "Bowling Ball" stem and Vernon tenon

Introduite en 1931 et très estimée car le grain est plus marqué dans cette finition. La finition RootBriar nécessite une tête absolument nette et d’un grain parfait. Par conséquent, c’est la plus chère des Dunhill. La plupart du temps on utilisait la bruyère corse pour la finition Root, car elle était généralement d’un grain plus fin. C’est une finition rare, du fait de la rareté de la bruyère nécessaire pour la réaliser. Ces pipes ne sont en général disponibles que dans les magasins de l’Entreprise, ou chez les principaux revendeurs.

Les pipes au grain droit étaient auparavant graduées de A jusqu’à H, mais sont dorénavant graduées de une à six étoiles, les lettres G et H restant utilisées pour les pièces les plus fines.





Tanshell

Tanshell LBS, Smokershaven.com
Dunhill Tanshell, smokingpipes.com

Introduite en 1952. La Tanshell correspond à un sablage brun-roux clair. On utilise la bruyère de Sardaigne pour ce sablage. Il existe une nette différence entre le sablage d’une bruyère sarde et celui d’une bruyère algérienne. La bruyère sarde est plus dense et plus dure. Le résultat obtenu, après sablage, est nettement plus équilibré et régulier qu’il s’agisse de la texture de surface mais aussi de la finition.




Redbark

1970's Red Bark ODA, Smokershaven.com
Dunhill Redbark ODA, smokingpipes.com

Introduite en 1972, la Redbark possède un sablage d’une teinte rougeâtre, et c’est la plus célèbre des finitions Dunhill abandonnées. A l’origine, la teinture était d’un rouge moyen. Quelques années après, la teinture fut changée pour un rouge plus brillant, d’une couleur tirant sur le rose. Cette couleur presque rose fit dégringoler les ventes. En 1976, on retourna à la teinture d’origine, d’un rouge plus foncé. La finition Redbark a été officiellement abandonnée en 1987. Les finitions County et Russet ont été également abandonnées.



Dress

New Dress Black Bulldog, Smokingpipes.com

Introduite en 1973, la Dress a une finition noire lisse, conçue pour être élégant en smoking ou autre tenue de soirée – raffinée et sophistiquée. Une teinture lisse et noire comme le jais et un tuyau noir confèrent à cette ligne de pipes l’élégance caractéristique qu'on a coutume d’associer au nom de Dunhill.





Introduit en 1979, le fini Cumberland est un autre sablage avec une teinture marron et un tuyau « brindle » (bringé ou tavelé), ce matériau est plus communément appelé ‘Cumberland’ de nos jours, merci à l’influence de Dunhill et au succès de cette finition au cours du dernier quart de siècle. A l’origine, la finition Cumberland présentait un bord de foyer lisse, mais dans la production actuelle le bord est tantôt lisse, tantôt sablé. A l’occasion, une pipe à grain droit sablée reçoit une finition Cumberland et il en résulte une nouvelle variation du sablage traditionnel, une « Shilling Grain », similaire à la pipe « Ring Grain ». La série Shilling est dénommée d’après la pièce britannique : le sablage ressemble à une pile de shillings. Le nom provient de l’entrepôt de Cumberland Road. Les vieilles pipes qui ont inspiré cette finition y ont été trouvées.




Chestnut

New Chestnut, Smokingpipes.com

Finition introduite en 1983 pour commémorer la fermeture de l’entrepôt de Cumberland House. On utilise la même teinture et le même matériau pour le tuyau mais sur une tête lisse.






County

Dunhill County, Smokingpipes.com

Introduite en 1986. Un sablage marron-roux avec un tuyau en Cumberland. Cette finition a été abandonnée depuis.

Une réédition limitée à 150 exemplaires est sortie en 2006.

The County is an excellent smoking finish







Russet

Introduite en décembre 1988. Une teinture brun-rouge moyen et une finition lisse qui a été abandonnée depuis.



Amber Root

New Amber Root, smokingpipes.com

Introduite en 1995, d’une chaude couleur jaune orange, rappelant la finition RootBriar d’origine. On les équipait des tuyaux en Cumberland, bien que récemment, on ait vu paraître des Amber Root avec des tuyaux noirs. Il s’agit également d’une production limitée, disponible uniquement dans les magasins Dunhill et les principaux revendeurs.

Les pipes à Grain droit sont disponibles dans cette finition sous le nom d’Amberflame, et sont graduées de une à trois flammes.



Calabash

Dunhill manufactured a Gourd Calabash in the 1970's




A selection of "Smokers", Derek Green Collection[13]

A selection of "Smokers" (pictured left)

Top Row
  1998 Amber Root 4
  1993 Shell 5108
  1984 Cumberland 3103
  1972 Bruyere 57
  Date Obscured. Shell Pat. Weak
Bottom Row
  1979 Red Bark 31031
  1999 Shell 4103
  1958 ES Tanshell
  No Date ES Shell Pat.No.1341418/20
  Date Obscured Bruyere EC 4A
  1957 Root 713








"More Smokers", Derek Green Collection[14]

More "Smokers" (pictured right)

Top Row
  1963 Root 40
  1937 Root Pat.1343253/20 472
  1971 Bruyere EO 4A
  1988 Russet 5112 
Middle Row
  1990 Tanshell 4103
  1992 Shell 5124
  1956 Shell 252
  1964 Shell 6 LBS
  1979 Cumberland 41022
  1988 Russet 4114
Bottom Left
  Date? Root 48 4A







"More Smokers", Derek Green Collection[15]
1990 Shell 5601 Church Warden
1964 Shell 519 Feather Bone
1935 Shell Feather Bone
1986 4107 Dress
1967 Shell Cavalier on left











Chip déclare « Je comprends que Dunhill mette rarement un montage spigot sur une groupe 5 - Elles sont loin d’être nombreuses et destinées aux productions limitées. C’est du moins ce que le représentant de Dunhill m’a dit – peut-être une par an. Va savoir, il faisait peut-être du marketing ?».

Catalogues et articles Dunhill

  • Voici un catalogue Dunhill complet de 1966-1967, avec l’aimable autorisation de Václav Blahovec Dunhill 1966-67 Catalog. Il a été imprimé au Royaume Uni aussi les prix sont pour l’essentiel en shillings, à l’exception des Dunhill DR qui sont en livres sterling. Le catalogue comprend des briquets, accessoires, pochettes, fournitures pour fumeurs, tabacs, cigares et caves à cigares, porte-cigarettes et même des allumettes. Très intéressant ! En voici quelques pages, mais vous aurez envie de voir le catalogue entier:

Et voici un catalogue Dunhill complet de 1969-1970, avec l’aimable autorisation de RadekJůza. Dunhill 1969-70 Catalog. Quand on compare ces deux catalogues, on peut voir que les prix sont passés des shillings aux livres sterling. La valeur des pipes est similaire, mais les DR sont plus chères qu’en 1967. Et il y a beaucoup plus d’accessoires, y compris des bijoux, pendules, argenterie, verres de cristal, accessoires de bar, accessoires de toilette Dunhill, cadeaux provenant du « Alfred's Bar » et autres nouveautés.

A Tail of Two Briars

Extrait : R.D.Fields écrit : en tant que collectionneur de pipes, passionné de pipes, et principal revendeur de Dunhill, j’entends tant et plus de commentaires sur les mérites comparés des anciennes pipes par rapport aux plus récentes. La plupart des discussions sont centrées sur la qualité de la bruyère et la douceur de la fumée. J’entends des commentaires du genre : « j’adore mes vieilles Dunhill, mais ces nouvelles…je ne sais pas. »

Des gens que je considère comme des connaisseurs en matière de bruyère du 20ème siècle jurent que, de très loin, ce sont ces Dunhill qui portent un numéro de brevet (pré-1955) qui produisent la fumée la plus douce. Ils ne fumeront même pas celles faites après 1968, considérant qu’elles sont d’un standard de qualité inférieur.

Le commerce des estates a suivi la même tendance, les Dunhill à numéro de brevet s'imposent à un prix plus élevé que celles faites entre 1955 et 1968, et un prix encore plus grand que celles fabriquées après 1968.

Du fait de la mystique entourant les vieilles Dunhill, il y a vraiment besoin d’examiner les faits derrière le “mythe”. Ceci, lecteur, est l’objet de cet article. Lis A Tail of Two Briars, de R.D. Fields.

The Art of Sandblasting is another excellent R.D. Fields article on what may very well be Alfred Dunhill's greatest contribution to the world of pipes.

Articles de John C. Loring

John Loring, qui a maintenant « cassé sa pipe » faisait autorité en matière de Dunhill. Son livre formidable, "The Dunhill Briar Pipe - the patent years and after" est un complément indispensable à la bibliothèque de tout collectionneur de Dunhill. Par malheur, le site de John Loring est fermé. Son fils, Michael Loring, avait espéré remettre le site d'aplomb, mais cela semble peu probable à ce stade. Outre "The Dunhill Briar Pipe", Loring a écrit plusieurs articles d'importance, qu'il a aimablement permis à Pipedia de publier. Quelques uns l'avaient été ici avant la disparition de son site. Par chance, plusieurs autres ont été fournis par Jean-Christophe Bienfait, qui les a également traduits en français.

Nous espérons découvrir davantage d'articles de Loring. Si vous savez où en trouver certains qui manquent, merci de les envoyer à sethile.pipes@gmail.com


Quelques "gadgets et curiosités" Dunhill"

Ancienne brochure sur les tabacs Dunhill, avec l’aimable autorisation de John A. Gioannetti

La Rhodesian courbe en finition Root a été fabriquée en 1984 et bien sûr elle porte le point blanc sur son tuyau d’ébonite. Elle a 7 mm (!) de long et pèse 0,005 grammes (!) mais en théorie elle fonctionne parfaitement. En exposition au showroom de Dunhill à Londres, la Space Shuttle (navette spatiale) fut inspirée par les navettes spatiales qui transitaient sur le dos d’un Boeing 747 retournant en Floride à partir de la base aérienne d’Edwards. La cathédrale de Cologne était une commande spéciale du vendeur de pipes de Cologne Peter Heinrichs en 2005. C’est une rare pipe à grain droit faite main gradée à 4 étoiles et de grande taille (XL). Le couvercle est travaillé -à l'image même de la cathédrale de Cologne- à partir d’argent massif. La fumée peut sortir de plusieurs trous percés dans le couvercle aussi bien que du portail de la cathédrale. La pipe est par conséquent pleinement fonctionnelle, mais ne sera quasiment jamais fumée. La pipe, (d’une valeur de 10 000 euros) a été bénie par le Cardinal Meißner, archevêque de Cologne (!!!) et est exposée dans le musée de la ville de Cologne.

Une pipe rare du brevet de 1918, avec l’aimable autorisation de Kevin Chapman via Jesse Silver:

Kevin écrit que “feu Mr John Loring et moi-même étions chez lui en train de discuter de l’établissement d’un catalogue des nombreux marquages des tuyaux des Dunhill d’avant la Seconde Guerre Mondiale lorsque la discussion vint à porter spécifiquement sur l’année 1924. John et moi possédions plusieurs bruyères dans notre collection qui avaient le marquage DUNHILL de largeur constante au-dessus du LONDON, marquage qui est normalement celui de l’année 1918. Cependant, quatre de ces pipes portaient le code de 1924. J’ai remarqué que je n’avais vu qu’une seule pipe qui soit sans doute aucun datée de 1918, et c’est cette pipe. Qui plus est, le poinçon porté sur la bague <AD>en argent de cette pipe est également daté de 1918 (tête de léopard, lion passant et la lettre C pour la date).

Cette pipe permit de confirmer le travail de datation de Loring sur ces pipes, et mon catalogage de cinq tuyaux marqués PROV.PRO. Les marquages du tuyau PROV.PRO (que l’on retrouve également sur cette pipe, mais presque effacé) se trouvaient sur les premières Dunhill. J’ai uniquement vu ce marquage sur des pipes marquées Duke Street et sur celle-ci en particulier.

“Ainsi celle que vous regardez est une très rare Dunhill de 1918 de forme 60 et de bonne taille (un groupe 4+) dans de parfaites conditions de conservation. C’est le pendant de ma pipe shell de 1917 de la même forme (une « shell dentelée » comme disait John) et elle constitue un bel et important apport pour le collectionneur de Dunhill. Ces pipes marquées de 1918 sont plus rares que les pipes DUNHILL de 1919 avec le marquage en arc. »


Dri-Way

"Dans quelques uns de ses catalogues des années soixante et soixante dix, Dunhill mit en avant la « DriWay. » Il s’agissait pour l’essentiel d’un filtre en terre incorporé à la pipe appelé « Kaoloid ». Le système DriWay fut uniquement incorporé aux séries Shell. Si vous collectionnez les pipes Dunhill à «Gadget», c'est une innovation importante à ne pas manquer. C’est ahurissant comme la tête en bruyère se dévisse et comme le filtre de céramique est en très bon état. - Bear Graves.



Diverses collections de pipes Dunhill

G.L. Pease a une très belle collection de Dunhills: The Mystery of the White Spot - Pipes from Dunhill (sur Pipedia). Du site web de Greg

Foggymountain a une collection d'une centaine de Dunhill du 21ème siècle. On peut le contacter via pipesmagazine.com (Nov 2014)

Si vous connaissez de belles collections de Dunhill sur le web, merci d’ajouter les liens ici.


A Dunhill Pipe Dating Guide

Dunhill is the only factory made pipe that can be accurately dated. This contributes to it's popularity with collectors, but it can be difficult to accurately date any given pipe. We have imported R.D. Fields A Dunhill Pipe Dating Guide to Pipedia, by permission of the author. This guide is very helpful, but there are discrepancies in both the literature regarding the nomenclature, and anomalies in the nomenclature itself. We highly recommend the book by Dunhill expert, John C. Loring called, "The Dunhill Briar Pipe - 'the patent years and after'. Unfortunately, John passed away several years ago, and his website has recently disappeared. Fortunately, the following article was saved by Doug Valitchka, who has made it available here on Pipedia: File:DunhillbyLoring.pdf. Unfortunately, the links within the article to the graphics and photographs are no longer active. Hopefully we can find them and make them available here soon. --sethile (talk) 16:59, 28 December 2014 (UTC)


An excellent selection of Dunhill pipes is available at Pipedia underwriter, lepipe.it

Contact information:

Alfred Dunhill Manufacturing Limited
Official site: http://www.whitespot.co.uk/
32 St Andrews Road, London E17 6BQ; 
Telephone: +44 (0)20 8498 4000; 
Fax: +44 (020) 8498 4077; 
Email: mailto:adpl@dunhill.com


Off site links