GBD.fr

From Pipedia
Jump to: navigation, search
1932 Ad, courtesy Doug Valitchka

Many thanks to Jean-Christophe Bienfait for his translation

Une histoire de GBD

En 1850 trois messieurs se rendirent ensemble à Paris pour bâtir une entreprise dédiée à la fabrication des pipes en écume – une démarche courageuse en ces temps politiques troublés. Ganneval venait probablement des environs de St Claude où il avait appris à fabriquer des pipes en bois. La famille de Bondier venait vraisemblablement de Paris et avait émigré à Genève en 1789. Il avait lui-même travaillé comme tourneur sur bois à fabriquer des extensions de tuyaux à St Claude et dans ses environs pour les pipes en terre et en porcelaine. Donninger était Autrichien ou Suisse et avait travaillé à Vienne, le centre mondial de la pipe d’écume. Ils se mirent d’accord sur l’acronyme GBD qui reprenait l’initiale de chacun de leurs noms. Bondier survécut à ses partenaires pendant environ 30 ans. Ceux-ci furent remplacés par d’autres. Par conséquent la propriété de GBD mais également la raison sociale de la compagnie changèrent plusieurs fois :

  • Ganneval, Bondier & Donninger
  • Bondier, Ulrich & Cie.
  • Bine, Maréchal & Cie. and finalement
  • A.Maréchal, Ruchon & Cie.

En même temps le nom GBD s’était imposé et fut ainsi retenu. Auguste Maréchal et Ferdinand Ruchon conduisirent la firme vers le 20ème siècle. Ils dirigèrent la compagnie durant plus de cinquante ans.

On en sait peu sur leur première fabrication de pipes en écume. Mais comme partout, l’essentiel était composé de pipes sculptées. Cependant de façon réellement précoce GBD proposait aussi des modèles standards comme des courbes, des modèles dérivés des pipes en terre qui se rapprochaient des Dublin actuelles ou des Belges et les premières variantes de Bulldog.

French made New Era, courtesy G.L.Pease Collection
Beautiful examples from Václav Blahovec's collection
Examples of silver embellished GBDs from Václav Blahovec's collection

Très tôt les propriétaires de GBD s’aperçurent des avantages inestimables de la bruyère pour les pipes. Peu après que les premières fabrications eurent débuté à Saint-Claude ils prirent contact avec des fournisseurs de là-bas et commencèrent à se procurer le nouveau matériau brut pour produire des pipes en bruyère à Paris. Bientôt la bruyère supplanta l’écume comme principale production. Les affaires ainsi que le renom de la marque se développèrent vite et bien.

Au cours des 40 premières années de son existence, GBD se vit honorer pour ses réalisations de 15 médailles à d’importantes foires internationales dans le monde entier. Ceci aida beaucoup à introduire la marque non seulement en Europe mais aussi aux USA, Canada, Australie et un peu plus tard également en Afrique du Sud. Dès le tout début GBD travailla uniquement avec la meilleure qualité de têtes et d’ébauchons pré-percés.

A cette époque, le prix des pipes était essentiellement déterminé par le matériau utilisé pour les tuyaux et leurs extensions et par le nombre et le type des bagues en argent ou en or. Ambre, corne, ivoire et penne d’oiseau étaient abondamment utilisées jusqu’à ce qu’aux environs des années 1870 l’ébonite soit utilisée plus souvent. La clientèle huppée appréciait les coûteux écrins sur mesure.

Une étude de 1886 montre une collection de 125 formes, comprenant 12 billiard, 36 courbes et 46 Dublin (ou équivalent). Beaucoup comprenaient un « sabot » pour permettre de poser la pipe sur une surface plane. Ces collections constituèrent le coeur de la superbe présentation de GBD à la Foire Mondiale d’Amsterdam en 1888. Une tige mince constituait la marque distinctive des GBD.

New Standard, bent Rhodesian (#9242) shape, courtesy G.L.Pease Collection
GBD Estate Pipe Virgin Bent Billiard 508 from Smoker's Haven
GBD Estate Pipe Unique Magnum Sized Bent Champaigne Sitter from Smoker's Haven

Les premières GBD comportaient une unique gradation de qualité du bois, plus tard il y en eut deux, et le nombre de finitions était très limité. Mais après la fin du 19ème siècle, la demande changea. Par exemple les Britanniques préféraient les couleurs foncées. Une plus grande différenciation des souhaits de la clientèle nécessita l’introduction de marquages supplémentaires. GBD Xtra et GBD Special furent les tout premiers modèles dont le nom indiquait des traitements et/ou des garnitures spéciales. La qualité standard était simplement marquée GBD.

A la fin du 19éme siècle GBD proposait 1500 modèles ! Notons cependant que la même forme proposée avec trois matières différentes pour le tuyau comptait pour trois. Dans la première décennie du vingtième siècle, les tuyaux d’ambre et d’ambre synthétique étaient encore largement utilisés, mais l’ébonite et la corne étaient devenus les matériaux les plus populaires. Un autre symbole de l’époque, c’était les pipes à montage Army disponibles en même temps pour 30 formes différentes de popularité croissante. La grande gagnante était la Billiard (36 formes actuellement) suivie de 36 courbes et 32 Dublins/Zulus. La plus populaire des nouvelles venues était la Bulldog (15). Les sabots étaient alors pour la plupart démodés.

La tournure dorénavant plus « britannique » de la production de GBD a une explication très simple : GBD était devenue une compagnie anglaise dès le tournant du siècle. En 1902 Maréchal et Ruchon vendirent GBD à A. Oppenheimer & Co de Londres. Charles Oppenheimer avait fondé cette entreprise de commerce prospère en 1860 en tant que maison d’import/export. Ses frères David et Adolphe et son beau frère Louis Adler le rejoignirent rapidement. Adolphe reprit l’affaire quand Charles fut nommé ambassadeur d’Angleterre en Allemagne. Les pipes en bruyère furent parmi les premières marchandises négociées. La relation commerciale avec GBD à Paris débuta dès 1870. En tant que plus important client du monde anglophone, Oppenheimer &Co fut choisi comme unique distributeur pour la Grande Bretagne, les USA et le Canada en 1897. Adolphe Oppenheimer avait un intérêt particulièrement marqué pour le commerce des pipes, et James Adler, le fils de Louis, le partageait. Ce sont eux qui devaient jouer le rôle le plus important dans la prise de contrôle à l’amiable de GBD. A.Maréchal, Ruchon et Cie à Paris étaient dorénavant Marechal, Ruchon & Co Ltd (Marechal Ruchon & Cie.), une entreprise anglaise avec quatre directeurs : Adolphe Oppenheimer et James Adler avaient leur bureau au siège social à Londres tandis que Auguste Maréchal et Ferdinand Ruchon poursuivaient l’activité de l’usine GBD de la rue des Balkans à Paris, qui avait été considérablement agrandie et modernisée. Ruchon en était le PDG. En même temps que les négociations avec GBD débutaient, Oppenheimer avait également fait l’acquisition de deux usines de pipes à Saint-Claude : Sina & Cie et C.J.Verguet Frères. Les fusionner en une seule grande usine conduisit à tout reconstruire et réorganiser. La direction était tenue par Lucien Verguet. Cette nouvelle usine de Saint-Claude fut opérationnelle dès 1906. Outre ses activités propres de production de pipes, sa tâche principale était de fournir des têtes pré-tournées.

GBD SPECIALE, Courtesy of Blaik-Pipes
GBD Prodigy Super Grain, London England, courtesy Dennis Dreyer Collection
Courtesy Doug Valitchka

Dans le même temps Oppenheimer commença à construire une usine de pipes à Londres. Elle fut ouverte en 1903, mais les prévisions avaient été surestimées et elle ne put tourner à plein jusqu’à la Première Guerre Mondiale. Les choses changèrent quand les usines de pipes françaises perdirent de plus en plus d’ouvriers qui étaient appelés au Front. En 1916 les livres de comptes confirment que 18 000 des 27 000 douzaines de têtes fabriquées à Saint-Claude furent destinées à GBD Londres via GBD Paris. Avec ça, Londres était devenu l’emplacement le plus important.

Après Guerre, GBD continua la production à la fois à Londres et à Paris. Les GBD londoniennes étaient destinées principalement au marché national aussi bien qu’à l’Empire Britannique et aux USA. Paris de son côté approvisionnait les français et les autres marchés européens. L’implantation des usines influença en outre l’histoire de GBD par la suite bien qu’ultérieurement les produits des deux pays furent occasionnellement proposés côte-à côte pour correspondre à des demandes commerciales spécifiques.

Left 2 are French, right is English, Colossus, 7.25" long, courtesy Derek Green
Courtesy Yuriy Novikov
GBD Standard 1054 France Сollection Yuriy Novikov
GBD Prehistoric 237 U Сollection Yuriy Novikov
GBD STANDARD 1086 St.Claude Сollection Yuriy Novikov
GBD 922 STRAIGHT GRAIN France
GBD NEW ERA A.L'ALGERIEN PARIS 1930-40, Courtesy of Blaik-Pipes
GBD UNIQUE STRAIGHT GRAIN London England, Courtesy Blaik-Pipes
GBD Estate Pipe Unique Magnum Sized Bent Champaigne Sitter from Smoker's Haven

En 1920 Oppenheimer acheta BBB (Blumfeld’s Best Briar) anciennement A.Frankau) et un peu après Loewe & Co ainsi qu’une bonne part de Comoy's of London. La crise économique du début des années 20 amena la création de Cadogan Investments Ltd, ainsi nommée à cause de son siège social dans Cadogan Square à Londres. Le groupe Cadogan était une holding de supervision, destinée à contrôler toutes les activités des marques d’Oppenheimer dans le domaine pipier. Ceci permettait de conserver une large autonomie pour chaque marque. Rappelons que les Oppenheimer et les Adler n’étaient pas des spécialistes de la pipe, mais plutôt des commerçants qui dépendaient de leurs experts pour les fabrications anglaise et française.


Après la première guerre mondiale, il y eut une demande pour plus de diversification. Le premier modèle de tous fut la London Made, qui devint la Standard London Made, suivi par la New Era - modèle le plus demandé en 1931 -12 ½ shilling .La Pedigree, bien qu’ébauchée vers 1926, ne fut pas produite avant la fin des années 30. La New Standard fut introduite dans le but de donner à la populaire standard des années 20 une valeur supérieure. La Prehistoric, une pipe au sablage noir profond, qui portait encore la petite griffe GBD Xtra, était complètement nouvelle et inhabituelle.

Les GBD françaises suivirent plus ou moins les mêmes évolutions, bien que Xtra et Spéciale y durèrent plus longtemps. A la fin des années 20 une GBD avec un système de filtre en métal fut lancée sous le nom d’Extra Dry. De Paris aussi vint une nouvelle caractéristique importante : l’introduction d’une plaque métallique avec les initiales GBD sur le tuyau. Cet insert ajoutait une « touch of class» supplémentaire à la pipe et fut immédiatement adopté à Londres.

La forte demande en pipes GBD encouragea aussi la direction à introduire un certain nombre de sous-marques destinées à gagner de nouveaux acheteurs. On peut lister ces sous-marques comme suit :

  • La City de Luxe avait une étoile insérée sur le tuyau comme marque de fabrique et était commercialisée en Angleterre et en France. Ces pipes représentaient les meilleures ventes de la catégorie à 5 ½ shillings dans les années 30 en Grande Bretagne.
  • Réservée au marché français, on retrouvait la toujours avantageuse marque Marcee de GBD, issue de Maréchal Ruchon et Cie qui fut proposée jusqu’à la seconde guerre mondiale et un ou deux ans après.
  • La Camelia – fabriquée à Londres comme modèle à 2 ½ Shilling – ne le fut seulement que quelques années.
  • À ne pas négliger, la Riseagle- fabriquée entièrement à Paris avant la guerre pour les fumeurs anglais qui voulaient « une pipe bon marché mais fiable et de fabrication anglaise »…une des pipes à 1 shilling les plus populaires jusqu’à 1939 ! L’introduction de la taxe sur les produits de luxe et les droits d’accises sur les pipes après la guerre mit fin à cette marque bon marché.

D’autres marques de cette époque furent commercialisées avec la plus grande liberté. La Dr Plumb’s a été développée par le directeur des ventes parisiens J.B.Rubinovitch en 1925 quand GBD avait besoin d’une « ligne de pipes bon marché » spécialement pour le marché canadien. En fait la nouvelle marque fut baptisée du nom du secrétaire de Mr Rubinovitch, Leslie W. Plumb dont le plus important travail était de « soigner » les comptes. Dr Plumb’s fit son chemin et pas seulement au Canada. La Peter Piper, produite à St Claude tout comme la Dr Plumb’s, est un autre grand exemple de ce que les marquages comme « London Made » ou « Made in England » ne sont pas toujours totalement dignes de confiance même sur les plus vieilles pipes ! Ce n’est pas d’aujourd’hui que d’innombrables marques sont fabriquées à Saint-Claude et marquées avec ce que l’acheteur désire…





L’usine de Paris fut déplacée à St Claude en 1952. Depuis 1981, la majorité des pipes GBD provient de l’usine anglaise. GBD a fusionné avec Comoy à peu près à cette époque. Depuis ce temps toute la production à la fois de GBD et de Comoy provient d’une seule usine [1].

Les qualités supérieures de GBD sont des valeurs sûres, et comptent parmi les pipes haut de gamme les plus abordables des années 60 et d’avant, et rivalisent en qualité, design et prix avec Dunhill. Smoker’s Haven était le principal détaillant de GBD aux USA jusqu’au début des années 1980.

GBD a produit sans relâche des pipes bien faites, presque uniquement en bruyère Algérienne ou Grecque. De la fin des années 60 à la fin des années 70, furent introduites les lignes « Collector » et « Unique », réalisées principalement par Horry Jamieson, qui avait sculpté pour Barling pendant des années, et faisait preuve de dextérité dans ses réalisations à main levée. Les plus vieilles GBD sont d’excellentes fumeuses et d’un design unique. Elles représentent une parfaite exécution des formes classiques de pipe, autant que quelques belles « freehand » dans la ligne « Unique » [2].

La liste qui suit propose les meilleures gradations par ordre décroissant : Pedigree, Pedigree I, Pedigree II, Straight Grain, Prodigy, Bronze Velvet, Virgin, Varichrome, Prestige, Jubilee, New Era, Prehistoric, International, Universe, Speciale Standard, Ebony, Tapestry, New Standard, Granitan, Sauvage, Sierra, Penthouse, Legacy, Concorde.

Top des productions autour de 1973

Virgin « seule la bruyère au grain le plus fin et le plus serré est utilisée pour cette pipe exceptionnelle. Finition naturelle ».

Century : « Une finition dorée créée pour commémorer plus d’un siècle de fabrication des pipes de la plus fine des bruyères ».

New Era : La beauté de cette pipe à la bruyère parfaite est accentuée par la richesse de sa finition contrastée en deux tons.

Prestige : Cette pipe a pour caractéristique un tuyau en perspex noir qui évite décoloration et mauvais goût après un fumage incessant. Seules les têtes au grain le plus fin sont choisies pour réaliser cette belle bruyère à la finition mate et immaculée.

Prehistoric Perspex : Le sablage profond fait résolument ressortir le grain. Le tuyau en cristal transparent contraste agréablement avec la finition d’un noir profond.

Datation des GBD

Ce qui suit provient d’un post A.S.P. de G.L. Pease datant du 18 mai 1996, et reproduit avec autorisation

« Il est difficile de dater les GBD. Sur les plus vieux modèles avec des bagues en argent poinçonné, on peut rechercher les poinçons. Depuis que GBD et Comoy’s ne font plus qu’un, l’impression sur une seule ligne « London England » a changé pour le marquage circulaire « made in London England » utilisé sur toutes les dernières Comoy’s.

Même l’analyse du tuyau n’est pas une méthode infaillible. Tout au long des années 60 jusqu’au début des années 70, certaines pipes étaient équipées de tuyaux moulés, alors que d’autres étaient taillés à la main. Tous les tuyaux taillés à la main n’étaient pas toujours marqués comme tels, et ça ne dépendait pas de la gradation - dans ma collection j’ai l’une des plus belles Pedigree que j’ai jamais vu. Elle n’a jamais été fumée, date des années 60, et possède l’un des tuyaux moulés les plus minables que j’ai jamais vu sur une pipe ! Mais son bois ferait rougir une Dunhill DRH ou une Charatan Coronation! - cela dit, vous pouvez être sûr que si le tuyau porte une rondelle GBD peinte, plutôt qu’une en argent ou en laiton insérée dans le tuyau, c’est un modèle tardif, fabriqué après la fusion avec Comoy. Ce furent à mon avis les débuts des jours sombres pour GBD (et Comoy, également, d’ailleurs).

Dans certains cas, la gradation donne quelques indices. Les Xtras n’ont plus été fabriquées depuis les années 30 par exemple (la série a été arrêtée en 1937 – Ndlr). Et la Century a été lancée pour la première fois quelque part dans les années 60 ou 70, si ma mémoire est bonne, et d’après le peu d’ouvrages que j’ai pu me procurer.GBD a lancé de nouvelles formes, et abandonné d’autres formes presque chaque année à ce qu’il paraît (je suis sûr que c’est exagéré), aussi si vous possédez tout un tas de tableaux de formes, vous serez à même d’en avoir une vue étendue ».

Incidemment, G.L.Pease a une très belle collection de GBD anciennes, qu’il montre dans un article très intéressant intitulé "Pieces From My GBD Collection ».

Production actuelle

Recent Production, 150 Year Celebration Billiard, Courtesy Smoker's Haven

Voir le site Web de GBD website. GBD est désormais fabriqué par Cadogan, qui fabrique aussi Comoy of London, Dr. Plumb’s Perfect Pipes, BBB et Olrik [3]. Depuis la fusion avec Comoy en 1981, on considère que les pipes GBD n’ont plus la qualité qu’elles avaient à l’origine. Les rondelles de métal ont temporairement disparu après la fusion avec Comoy. La rondelle de laiton est réapparue dans les nouvelles productions. Les lignes nouvelles sont Autumn Gold, Bermuda, Facet, Pub et CW (Churchwarden).

Contact Information

E-mail: mailto:cad@oppenheimers.co.uk
Tel: 08708 722 754 / 08708 722 755  Fax: 08708 722 750 (Trade customers only)

Onsite links

Oppenheimer Pipes Building, from 1950s catalog, courtesy Václav Blahovec

Offsite links

This site has some excellent GBD Model Information

Here is a 1961 GBD Flyer from: Chris' Pipe Pages