Histoire de la Shell Dunhill

From Pipedia
Jump to navigation Jump to search
This page is a translated version of the page The History of Dunhill's Shell and the translation is 100% complete.
Other languages:
English • ‎español • ‎français • ‎italiano • ‎português do Brasil
La Shell Briar
Par Yang Forcióri


La documentation des débuts de Dunhill avec la Shell se limite essentiellement aux brevets – Il n'existe aucune page de catalogues ou de publicité proposant les pipes sablées à l'époque. Les travaux préparatoires pour le brevet anglais (No. 1484/17) furent déposés le 13 octobre 1917.La demande de brevet fut complétée 6 mois plus tard, le 12 avril 1918, suivie par la délivrance du brevet anglais le 14 octobre 1918. C'était moins d'un mois avant la fin de la Grande Guerre le 11 novembre.

Le brevet américain (No. 1 341 418) fut préparé et déposé avant l'octroi du brevet anglais, entre le 19 septembre et le 14 octobre 1918. Le brevet américain fut octroyé moins d'un an après, le 25 mai 1920. Les documents canadiens suivirent d'un an les américains, avec un dépôt en 1919 et un octroi en 1921.

Le système de codage numérique indiquant la date de fabrication débuta en 1922, mais à l'occasion on trouve des pipes qu'on peut dater d'avant 1922, particulièrement celles qui sont marquées ""DUNHILL'S SHELL" - "MADE IN ENGLAND" suivi par PAT. MAR. 9.15" avec "PAT. APP FOR", et "PAT. 1914" avec "PAT. APP FOR". Ces références à des brevets valent respectivement pour les USA et le Canada. Il est possible que ces marquages datent du dépôt du brevet, pas de sa délivrance. C'est difficile à dire avec certitude, mais il est envisageable que la Shell ait été pour la première fois commercialisée à la mi-1917 alors que la demande de brevet était en cours. Les tests de sablage avaient été réalisés et commençaient à s'améliorer en 1914 avec l'appui de la London Sandblasting Company, spécialisée dans le sablage du verre.

Patent example © J. Loring.

Jonathan Guss et Jesse Silver, des membres importants de notre communauté, ont mis en évidence l'incohérence de l'histoire généralement répandue, qui veut que le sablage des pipes ait été inventé par Dunhill. La technique du sablage a été inventée en 1870, et brevetée par Benjamin Chew Tilghman, 47 ans avant que Dunhill n'utilise ce procédé pour ses pipes. Il n'y a pas moyen de dire à coup sûr qui a été le premier à utiliser le procédé pour ses pipes. Il existe des indices et des théories qui suggèrent que le sablage des pipes a été utilisé avant Dunhill par Barling, par exemple, sur le modèle "Niblick" à la mi-1917. Guss souligne que le brevet est davantage relatif au procédé utilisé par Dunhill qu'au sablage proprement dit. Alfred Dunhill explique le processus du traitement à l'huile et du sablage dans son dépôt de brevet ainsi que suit :

"Cette invention concerne le traitement de surface de la pipe, dans un but décoratif. C'est le procédé par lequel le grain voit son relief accentué, donnant ainsi au bois une apparence très élégante, sans que cela interfère dans la durabilité et la qualité de la pipe. Bien que le sablage ait été utilisé auparavant dans le traitement de surface du bois et l'accentuation du grain, j'ai trouvé qu'en pratique ce traitement seul ne donnait pas un résultat satisfaisant, en cela qu'il tendait à fissurer le bois, ce qui n'arrive plus avec mon procédé complémentaire de traitement par bain d'huile et chaleur.

La bruyère est trempée dans une huile minérale ou végétale. Par exemple, dans le cas de la bruyère algérienne (un bois très adapté à la production de ces nouvelles pipes).La pièce peut être immergée durant une longue période, disons plusieurs semaines. Après avoir été retirée de l'huile, elle est exposée à la chaleur. Ce procédé prend un certain nombre de jours. L'exsudat d'huile ressort à la surface et est essuyé régulièrement. Ce traitement a pour résultat de rendre le grain plus dur et plus accentué dans une certaine mesure, tandis que l'huile forme un revêtement étanche.

Après cela, le bois est soumis à l'action du sablage, qui ôte la couche d'huile durcie et qui joue également sur l'effet de la découpe. Si le résultat n'est pas satisfaisant, le bois sera trempé à nouveau dans l'huile, passé à la chaleur et sablé. Et ainsi de suite, autant de fois qu'il le faut, en fonction du degré jusqu' auquel vous voulez accentuer le grain ou le faire ressortir en relief. La pièce qui en résulte est extrêmement belle et constitue une pipe remarquable."

L'invention d'Alfred par conséquent concerne le traitement de la bruyère par l'huile, qui la renforce en ôtant les impuretés.

L'élaboration du sablage est racontée dans le livre "About Smoke", sorti à la mi-1920. L'Algérie était devenue une source importante de bruyère, et Alfred Dunhill en acheta son premier chargement en 1914. Impressionné par la beauté et la richesse du grain de son nouveau stock de bruyère, il essaya de le mettre en production, mais trouva vite que le résultat n'était pas satisfaisant car le matériau était trop tendre. Des blocs de bruyère non utilisées furent par conséquent mis de côté et abandonnés durant des mois près de la chaudière. Par hasard, à un moment donné l'été suivant, il décida de réexaminer ces blocs et réalisa qu'une partie des fibres s'était recroquevillée, rehaussant le grain et laissant un dessin en relief similaire à celui d'un coquillage- clairement le résultat d'une exposition prolongée à la chaleur. Le bois autrefois volumineux était réduit à une coquille vide, adoptant une nouvelle et fascinante apparence pendant qu'il était aussi devenu plus léger. La combinaison de ces deux facteurs apporta à la fois de belles pièces unique et d'excellentes propriétés de fumage. La classique et emblématique "Dunhill Shell Briar" était née!

Outre les brevets enregistrés, nous avons le marquage entre parenthèses en dessous du marquage "Briar"-(REGD). Il y a eu deux enregistrements, l'un pour le "Briar Shell", demandé au Bureau Anglais de la Propriété Intellectuelle English Intellectual Property Office (IPO) le 19 février 1921, publié le 30 mars de la même année et expiré le 20 février 2015, sans renouvellement. L'autre enregistrement fut pour "Dunhill's Shell Briar" demandé le 19 mai 1921, publié le 29 juin de la même année et renouvelé le 4 février 2015.

Dunhill ne développa pas pleinement ses techniques de sablage avant le milieu des années 1920. Les premiers spécimens étaient profondément marqués, le double sablage altérant considérablement la forme de la pipe. Vers la fin des années 20 la technique fut perfectionnée, il en résulta des sablages avec plus de personnalité et de beauté, qui conservaient aussi la forme de la pipe. Les pièces de cette époque sont les plus prisées des collectionneurs. Ce style de sablage fut pratiqué jusqu'au début des années 60.

Dans les années 60, le gouvernement italien réserva l'utilisation de la bruyère italienne aux pipiers italiens et la bruyère algérienne se raréfia (du fait de la guerre d'indépendance algérienne 1954-1962), ce qui obligea Dunhill à utiliser la bruyère grecque, passablement plus dure. Ceci altéra la finition sablée et explique le sablage superficiel des modèles de cette période. Entre la fin des années 60 et le début des années 70, il était possible de réaliser un sablage plus profond sur cette bruyère, mais le marché ne suivit pas. Dunhill répondit en conservant le sablage plus léger. On dit que Richard Dunhill prit l'une de ces Shell mises au rebut et demanda:

— “Pourquoi est-elle dans les rebuts?”

— “Parce que le sablage est trop profond et irrégulier.”

— “Cette pipe a du caractère. Envoyez-la en Amérique. Les Américains savent reconnaître les bonnes pipes!”

Se reporter àThe Art of Sandblasting, par R.D. Field pour une étude approfondie de cette nouvelle finition Dunhill révolutionnaire. Pour conclure, les finitions les plus profondes et les plus ravinées étaient obtenues avec la bruyère algérienne, qui est plus douce et se creuse davantage au sablage. On les trouve sur les Shell des années 20, 40 et 60. Les pipes étaient sablées deux fois jusque dans les années 60, ensuite la technique du double sablage fut reprise dans les années 80 sous le nom de finition « Deep Shell ». Durant les années 60 et 70 Dunhill ne pouvait pas se procurer de bruyère algérienne. Par conséquent le sablage des pipes était moins prononcé et moins distinct. Encore une fois Dunhill se montra innovant, inventant la technique du « double blast » afin d’obtenir un sablage plus profond même avec une bruyère plus dure. La finition Shell sablée noire utilise une teinture qui a été mise au point pour la couleur et non le goût. Les pipes sont d’un goût un peu plus amer, même lorsqu'elles sont fumées avec douceur.

Les années 90 connurent un retour aux premières techniques de sablage. Ces sablages ont plus de personnalité, mais rien à voir avec les pipes du passé. La teinture de cette gamme était une couleur vineuse très foncée, qui présentée à la lumière montrait des tonalités rougeâtres. Au cours des années 60, la couleur passa au noir, mais celle-ci également fut abandonnée, et la couleur originale fut rétablie. Voici quelques exemples des variations que le procédé a connu au long des années:


Yang (talk) 10:22, 29 August 2019 (CDT)