LA GARANTIE DUNHILL

From Pipedia
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page THE DUNHILL WHITE SPOT GUARANTEE and the translation is 97% complete.

Other languages:
English • ‎español • ‎français

LA GARANTIE DUNHILL, un regard différent © 2002 John C Loring (3/02), avec son aimable autorisation


Au cours du premier quart du 20ème siècle, la pipe qui jute, la pauvre pipe au goût très vite amer, était une malédiction commune. Dans les premières années Dunhill attaqua le problème sur tous les fronts. Il mit au point son traitement de la bruyère à l'huile et à la chaleur, l'Inner Tube pour finir les pipes, et réalisa ses pipes à la finition lisse en dure bruyère calabraise plutôt qu'avec la tendre bruyère française plus communément utilisée (dans le passé j'ai affirmé que Dunhill était passé de la bruyère française à la bruyère calabraise pour ses pipes de la gamme standard en 1920 quand il déplaça la production de ses têtes brutes de la France vers Londres, mais ayant eu la possibilité de revoir le catalogue Dunhill de 1917 About Smoke, il apparaît maintenant que l'usage de bruyère calabraise pour toutes les pipes à finition lisse a débuté durant, si ce n'est avant, la Première Guerre Mondiale, en même temps que Dunhill développait activement son procédé de traitement huile/chaleur et l'Inner Tube).


Dunhill chercha également à apporter une garantie à ses clients avec la célèbre ““White Spot Guarantee”:

  "La Garantie du Point Blanc: - Fourniture d'une nouvelle pipe si quelque défaut que ce soit apparaît dans les douze mois.  
Une pipe ainsi échangée ne peut être ré-échangée."

On admet généralement qu'elle a été introduite en 1921 en même temps qu'avec l'introduction en 1922 du codage de date et du marquage spécifique “EX” pour identifier les pipes échangées.


L'histoire, cependant, est un peu plus compliquée, illustrant la croissance de Dunhill d'une petite boutique Londonienne en 1907 jusqu'à l'entreprise leader mondiale des accessoires de fumage dans les années 20.


En tant que nouvelle boutique de tabac londonienne, Dunhill offrait une garantie totale sur ses pipes, alors même que leur fabrication avait commencé en 1910.

  "Garantie – nous garantissons une satisfaction totale; de fait, nous vous remettrons une nouvelle pipe immédiatement si nous constatons le moindre défaut”

Catalogue Dunhill 1910 “About Smoke”(première édition).

Et cette garantie illimitée se poursuivit au moins jusqu'en 1917 :

  "Garantie : nous vous remettrons une nouvelle pipe immédiatement si nous constatons le moindre défaut”

Catalogue Dunhill “About Smoke” environs de 1917

A cette époque cependant, Dunhill était passé d'une petite boutique de détaillant londonien à une distribution à toute la Grande Bretagne et vers le monde entier par courrier via des distributeurs indépendants, il en résulta en conséquence une grande perte en matière de relation directe au comptoir et de conseil à la clientèle.

  “VENTE A L'ESSAI : Alfred Dunhill est toujours heureux d'envoyer un assortiment qui peut inclure, sur demande, nos coûteuses Straight Grains. Elles sont emballées dans une boîte pour pouvoir retourner les pipes non souhaitées. Toutes les pipes répertoriées sont expédiées partout franco de port. 

Catalogue Dunhill “About Smoke” environs de 1917

through independent distributors and with a consequent loss of personal, over the store counter, customer relations and counseling.


Dans ce contexte, et de pair avec l’expansion mondiale des ventes qui survint à la fin de la Grande Guerre, une garantie illimitée aurait pu s’avérer problématique, d’autant plus lorsque une pipe, retournée en garantie par voie postale longtemps après l’achat, ne révélait rien d’autre que les longs abus d’un fumeur sans soins.


En mars 1919 nous trouvons ce qui devait être la première référence officielle à ce qui devait devenir la «White Spot Guarantee” dans un insert sur une page du catalogue des changements de tarifs.

   Toutes les PIPES DUNHILL portent la garantie du ‘POINT BLANC ”

Mais cette référence ne donnait pas les conditions de la Garantie.


Cependant dans un catalogue des environs de 1920, les conditions sont explicitées et ce qui apparaît est l’introduction d’une limite à cette garantie illimitée auparavant, c.a.d. une période de retour d’une année.

   “La Garantie ‘White Spot’:-Une nouvelle pipe sera fournie immédiatement si un défaut quelconque apparaît dans les douze mois.”

Catalogue Dunhill “About Smoke” des environs de 1920

Et l’année suivante apparaît une seconde limitation qui met fin aux échanges répétés :

     “Couvert par la Garantie ‘The White Spot’ – Une nouvelle pipe sera fournie immédiatement si un défaut quelconque apparaît dans les douze mois. Une pipe ainsi échangée ne pourra l’être à nouveau.”

Catalogue Dunhill “About Smoke” 1921

Cependant changer la langue dans laquelle est exprimée la garantie n’est pas forcément simple, spécialement lorsque les vendeurs ne sont plus des employés de longue date d'une boutique londonienne de Duke Street mais se trouvent plutôt partout dans le monde et parlent des centaines de langues. C'est pourquoi en 1922 Dunhill commença à marquer ses pipes avec des codes d'année pour indiquer quand la pipe avait été mise en vente et par la suite marqua les pipes échangées au titre de la garantie avec un EX, tout ceci afin de permettre à Dunhill de renforcer les nouvelles limites de sa garantie WhiteSpot.


Apparemment, cependant, même une garantie avec des restrictions applicables n'était pas suffisante pour résoudre tous les problèmes de retour, et c'est pourquoi, quelques années après, en 1923, une troisième restriction fut introduite :

   “Garantie ‘White Spot’ ‘une nouvelle pipe vous sera fournie gratuitement si le fourneau brûle ou se fissure sous moins d'un an. Toute réparation due à une autre cause sera facturée dans les limites du raisonnable. Une pipe fournie gratuitement ne peut être à nouveau échangée.”

Catalogue Dunhill “About Smoke” 1923

Et récemment, j'ai trouvé quelques copies de publicités américaines de Dunhill du milieu des années 20 qui limitait encore plus la période de retour à trois mois au plus:

    “Garantie ‘White Spot’. Si le fourneau de cette pipe brûle ou se fissure sous moins de quatre-vingt-dix jours après la date de l'achat une nouvelle pipe vous sera fournie en échange. La pipe doit être renvoyée avec des précisions telles que la date et le lieu de l'achat. Une pipe fournie ainsi ne peutêtre à nouveau échangée.” 

Cependant il arrive un moment où les termes mêmes ou les restrictions de la garantie commencent à faire paraître le produit lui-même moins satisfaisant et je suspecte que Dunhill a commencé à réaliser qu'il avait atteint ce point dans la formulation de ses troisième et quatrième restrictions. Aussi dès 1928 la troisième et la quatrième restriction de garantie furent abandonnées, ou pour reprendre les termes de son catalogue français de cette année là :

     The White Spot La Garantie La Pipe Dunhill est remplacée gratuitement si, dans un délai d’un an, elle révèle un défaut de fabrication. Cet échange ne peut se faire qu’une fois. 

1928 Dunhill Le Fin Fumeur.

La garantie Dunhill “White Spot “ introduite en 1921 et affinée au cours de cette décennie n'était pas une nouvelle garantie mais plutôt la restriction à une ancienne garantie complète, rendue nécessaire par l'évolution rapide de l’entreprise et compte tenu de ses perspectives de croissance et de la rencontre de nouvelles conditions de vente. A partir de 1928 la garantie White Spot s'est stabilisée et avec ses marquages spécifiques a depuis continué sans changements jusqu'au vingt et unième siècle.

ADDENDUM A L'ARTICLE SUR LA “GARANTIE WHITE SPOT”

Une grande partie de la documentation Dunhill a été détruite pendant les bombardements de Londres au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Mais parmi les vestiges sauvés se trouvait une petite fiche abîmée qui expliquait brièvement les premiers changements dans le marquage des pipes DUNHILL. Certainement destiné à l'équipe de vente du magasin de Duke Street, c'est cette fiche subsistante qui nous a permis de dater les pipes réalisées avant la mise en place du système de datation de 1922.

 -(i) “A DUNHILL DUKE ST S.W. “ sans un ‘stop’ arrondi (c.a.d 
un ‘o’)  après le “A” indique la période de mai 1910 à 1918;

-(ii) avec un stop ajouté après le A ( c.a.d. “Ao”) indique 
la période de juin 1918 – Octobre 1918;

- (iii) “ DUNHILL LONDON “ (ces deux mots d'égale longueur) 
indique la période de Novembre à Decembre 1918;

-(iv) “DUNHILL” arqué indique 1919 (si LONDON n'est pas 
arqué cela indique la première moitié de l'année, et à 
l'inverse si l'arche existe cela indique la deuxième 
moitié);

-(v) “DUNHILL LONDON “ (LONDON plus court que DUNHILL) 
indique la période  1920; et 

-(vi) le “D” de DUNHILL avec des queues (la boucle du “D” 
dépassant la barre verticale) indique l'année 1921 (et avec 
le code chiffre “2” 1922).

Je me rappelle le moment où, pour la première fois je vis ce vestige, me demandant rapidement pourquoi cette carte existait, vu que, à cette époque, je croyais comme tout le monde que la garantie White Spot de Dunhill avait été mise en place en 1921. Ensuite, également, alors que je recherchais les changements de marquages des Dunhill de la période 1918-1921, je me rappelle m'être demandé pourquoi il y avant autant de changements anodins, étant donné que de 1910 à 1917 le marquage des pipes avait été particulièrement stable. Supposant une mise en place de la garantie White Spot en 1921, j'en concluais que les changements de marquages étaient simplement les marques aléatoires d'une période d'après-guerre imprévisible, rassemblés plus tard quand la garantie White Spot fut mise en place.


Bien sûr en comprenant maintenant que le développement de la garantie “White Spot” a commencé en 1919 (et envisagée je suppose en 1918), il est évident au vu de ce qui précède que le codage de dates des pipes Dunhill a réellement commencé en 1918 (pas en 1922), qu'à l'origine on ait pu envisager une période de garantie plus courte qu'une année, et il n'y a aucun doute que le système de codage des dates d'une complexité et d'une confusion croissante commencé en 1918 conduisit à court terme au système de codage numérique simplifié mis en place en 1922.